Aucune image

14e Rallye des Fous (Pas-de-Calais)

30 mars 2007 0

Les paumés du petit matin Le Rallye des Fous a testé une nouvelle formule. Au lieu de partir l’après-midi et de terminer par un parcours de nuit, Guy Dubrulle a proposé l’inverse. Le 4 mars, les “fous” ont démarré avant l’aube pour chercher leur route dans les dernières heures de la nuit. Il est 5 heures, Lens s’éveille. Tous n’ont pas les yeux en face des trous. Et pour cause : afin d’être au départ du rallye, certains ont dû régler leur réveil vers 2 ou 3 heures. Lors de la précédente édition du Rallye des Fous, Guy Dubrulle, président du Nostalgic auto club, avait proposé à des non-voyants munis de carnets de route en braille, d’occuper les places de copilotes. Cette année, il a lancé un autre défi qui a chamboulé le programme de cette randonnée hivernale pour voitures découvertes. Pour la première fois, le départ n’a pas été donné dans l’après-midi, depuis la place de Gouy-Servins, mais à 5 heures du matin, à Lens. «J’avais l’impression que la formule que nous proposions n’avait plus rien d’original. Je voulais changer, explique-t-il. Et puis, beaucoup court-circuitaient la deuxième partie de l’itinéraire pour rentrer au plus vite à Lens». On aurait pu penser que l’obligation d’un démarrage aussi matinal allait en rebuter plus d’un. Mais pas du tout ; comme à l’habitude, une cinquantaine d’équipages se sont inscrits ! Corr. Laurent CORNÉE Article complet dans LVA n° 1263, disponible en kiosque le jeudi 29 mars.

Aucune image

Bain de foule en Catalogne

30 mars 2007 0

Le deuxième plus vieux rallye d’ancêtres automobiles, le Barcelone-Stiges, est la première grande sortie de l’année. Le 18 mars, 95 équipages en ont pris le départ. Le soleil brille sur les Ramblas de Barcelone, ces boulevards commerçants où l’on déambule après sa journée de travail. Mais ce samedi, on croise partout des autos anciennes aux passagers élégamment costumés. C’est la parade en ville. Elles sont presque cent sur la Plaza Marques de Foronda ! Demain, elles convergeront vers la place Sant Jaume, surplombée par la majestueuse mairie. Chacun y va de son petit coup de klaxon, l’objectif de la journée n’est-il pas de se faire remarquer ? 16 participants ont fait le déplacement depuis la France, avec une majorité d’avant-14, comme Bernadette Mesplet : «C’est la 13e fois que je viens au rallye. Les vieilles autos sont ma passion depuis très longtemps, c’est Jean Piquemal qui m’a mis le pied à l’étrier. Il était intarissable sur les voitures d’avant 1914. L’accueil ici est formidable, que ce soit le public ou les organisateurs, c’est un grand plaisir de commencer la saison avec eux. En plus, mon Alba tourne comme une horloge, elle a bien grimpé les côtes». Elle s’est fait un nom, Bernadette, elle est une des rares femmes à conduire une voiture de collection. Elle est même déléguée régionale de la FFVE, c’est dire si le monde change. Corr. Yvan CHOCOLOFF Article complet dans LVA n° 1264, disponible en kiosque le jeudi 5 avril.

Aucune image

20e Salon Champenois du Véhicule de Collection

23 mars 2007 0

Il aura toujours 20 ans ! Cheveux longs et idées pas si courtes, le chanteur Antoine avait jasé sur «quand on aime, on a toujours 20 ans». Mais ce ne sont plus des Élucubrations, le grand rendez-vous champenois en est un vivant exemple. Bienvenue Chez Nanard, la guinguette est ouverte. Au zinc, Antoine, dit Tony. Le garçon de café manie le décapsuleur avec dextérité, mais officie avec l’élégance du sommelier. «Ledépôt c’est normal, je préfère ne pas le servir. Mais il y en a qui aiment le voir au fond du verre». Tony nous fait déguster une Orval, bière trappiste ambrée, brassée dans une abbaye cistercienne des Ardennes belges. Il propose aussi de découvrir les Teuf teuf yvoisiens. Le club fait toujours de beaux efforts de présentation au salon de Reims. Bernard Moreau, le président, reçoit en grande tenue : «Nous avons déjà obtenu un troisième prix, avec un stand sur le thème d’Elvis Presley. Cette année, nous avons reproduit cette guinguette, avec en vedette un camion Renault des années 30. Mon père, Charles Moreau, avait le même. Il livrait de la bière et du vin du côté de Carignan». Par Hugues CHAUSSIN et Philippe GUTIÉRREZ Article complet dans LVA n° 1262, disponible en kiosque jeudi 22 mars.

Aucune image

Artcurial à Paris, le 19 février

12 mars 2007 0

La course en tête L’endurance paye… c’est ainsi que l’on peut résumer en deux mots cette soirée au palais des Congrès dans une vente où 26 voitures ont changé de mains sur les 45 présentées. Hervé Poulain et l’équipe d’Artcurial au grand complet ne pouvaient manquer ce rendez-vous au moment de Rétromobile, en proposant une sélection d’autos de haut intérêt à la clientèle internationale de passage à Paris. Des autos visibles sur place à la porte Maillot, du samedi matin au lundi après-midi, et cela n’a pas été une sinécure de tout devoir mettre en place en une nuit, l’espace n’étant pas encore disponible le vendredi ! Aux places d’honneur sur l’habituelle mezzanine, une sélection de voitures de compétition encadrées d’une Porsche 356 Carrera, d’un cabriolet Delage D6-75 et d’une rare Bentley 4 Litre. A ne pas confondre avec une 4 1/2 Litre “vintage” ni avec une 4 Litre dite “Derby”, celle-ci fait partie d’une toute petite série de 50 voitures construites en 1931 juste avant le rachat de l’entreprise initiale de W.O. Bentley par Rolls-Royce. Avec une originale carrosserie de faux-cabriolet signée H. J. Mulliner, elle a changé de mains à 130 000 € au marteau, ce qui n’est pas très cher pour une auto déjà primée en concours. Sans oublier le remarquable score de la Peugeot 905 ex-Dalmas Par Claude Bohère. Article complet dans LVA n° 1261, disponible en kiosque jeudi 15 mars.

Aucune image

Neige et glace 2007

5 mars 2007 0

Firmenich au firmament Une semaine après le Monte-Carlo historique, une soixantaine d’équipages prenaient le départ du rallye Neige et glace à Aix-les-Bains. La neige était rare mais l’épreuve fut très disputée, notamment par le tandem Firmenich. Considéré autrefois comme une sorte de revanche du rallye Monte-Carlo, le Neige et glace s’est disputé cette année, du 11 au 14 février, dans le sillage de son glorieux aîné : “Nous avons rapproché la date, explique Patrick Zaniroli, dans l’espoir de trouver plus de neige. Peut-être qu’on devra avancer la date au mois de janvier.” Près de la moitié des concurrents vient de l’étranger. Le Belge Eric Van Sande, vainqueur de la précédente édition, remet son titre en jeu. Texte : Yves Gallet, photos : Y. Gallet et D.R. Article complet dans LVA n° 1260, disponible en kiosque jeudi 8 mars.